Archives pour la catégorie 3 Titre 2 Elaborer une stratégie

Protégé : Exercice: Nespresso et les nouveaux entrants du marché des capsules de café

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Exercice : la fusion entre GDF Suez et International Power

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Stratégie d’un conglomérat

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Exercice : Aspects économiques de la grippe A (ou grippe mexicaine,ou grippe porcine)

Carton jaune

©Alain Kadouch

1.    Décrivez en quelques mots ce qu’est la grippe A ?quels sont ses symptômes? les moyens de s’en protéger? le nombre de victimes avérées en France?

2.    Qu’est ce que l’O.M.S,?quel est son rôle?

3.    Qu’est ce qu’une pandémie? comment la différencier d’une épidémie?
4.    Indiquez selon vous à l’aide du tableau suivant les aspects négatifs (secteurs affectés) et positifs (secteurs « boostés ») de la grippe A sur l’économie nationale et les entreprises. Justifiez à chaque fois vos réponses.

  • Conséquences négatives
  • Conséquences positives

5.    Enumérez les parties du cours d’économie générale et d’économie d’entreprise  concernées  par ce travail sur la grippe A

  • Macro économie
  • Micro économie

 

La filière du nucléaire en France

Les acteurs du nucléaire en France

[Les Echos  03/11/08  ]La recherche
La recherche sur les réacteurs et le cycle du combustible nucléaire est effectuée par le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), un organisme public doté d’un budget de 3,4 milliards d’euros et réparti sur 9 centres de recherche.

La production

- La conception et la réalisation des chaudières nucléaires et des assemblages de combustible sont effectuées par Areva NP (ex Framatome ANP), une société détenue à 66 % par le groupe Areva et à 34 % par le groupe Siemens.
- La production d’électricité ainsi que l’exploitation et la maintenance des centrales est effectuée par EDF, qui gère un parc de production nucléaire de 58 unités de production réparties sur 19 sites.
- L’extraction du minerai, ainsi que sa conversion, son enrichissement et son retraitement (ce qu’on appelle  » le cycle du combustible « ) est réalisé par Areva NV (ex COGEMA), une société détenue à 100 % par le groupe Areva.

Le contrôle

Le contrôle des activités nucléaires civiles est assuré par l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN). L’ASN est une autorité administrative indépendante, créée par la loi du 13 juin 2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire. Au nom de l’État, l’ASN assure le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection afin de protéger les travailleurs, les patients, le public et l’environnement, des risques liés aux activités nucléaires.

Flexibilité

En entrant dans l’usine de confection d’Armor-Lux, dans la zone industrielle de Quimper, les machines à coudre de l’emblématique maille rayée qui sert à fabriquer les marinières sont toutes recouvertes, à l’arrêt.

Si ce pull marin a connu une nouvelle heure de gloire dans les années 1960-1970, ce groupe textile, qui emploie 600 personnes, s’est adapté à la crise du secteur en se diversifiant. Cette semaine-là, les ouvrières découpent et cousent des marinières blanches et rouges, pour l’uniforme qui habillera le personnel du pavillon français de l’exposition universelle de Shanghaï, qui aura lieu en 2010.

if (provenance_elt !=-1) {OAS_AD(‘x40′)} else {OAS_AD(‘Middle’)}Flexibilité dans 3 Titre 2 Elaborer une stratégie pub300t.AdvertMiddle {margin-bottom: 20px;}

init_boite_meme_sujet = function() { if ( « undefined » != typeof MIA && « undefined » != typeof MIA.Ensemble && (« undefined » == typeof MIA.Ensemble.initEventLoaded || !MIA.Ensemble.initEventLoaded) ) { var ensemble_id_defaut = 1172952; var hash_url = window.location.hash; var re = /^#(.*)ens_id=(\d+)[^\d]*.*$/; var ensemble_id_url = hash_url.replace(re, « $2″); if ( ensemble_id_url && ensemble_id_url != hash_url ) MIA.Ensemble.ensembleId = ensemble_id_url else if ( ensemble_id_defaut ) MIA.Ensemble.ensembleId = ensemble_id_defaut if ( «  » != «  » ) { MIA.Ensemble.titreBoite = «  »; } MIA.Ensemble.initEventLoaded = true; MIA.Ensemble.formaliseBoiteMemeSujet(); } } if ( (pave=document.getElementById(‘pave_meme_sujet_hidden’)) ) pave.style.display = ‘none’; if(window.addEventListener ) window.addEventListener(‘load’, init_boite_meme_sujet, false); else window.attachEvent(‘onload’, init_boite_meme_sujet);

Ex-numéro deux du groupe de Vincent Bolloré, Jean-Guy Le Floch a repris, avec Michel Gueguen, le groupe Armor Développement en 1993. Ce breton natif de Carhaix, centralien et diplômé de Stanford, se bat pour conserver les emplois. « On partira tous ensemble en retraite », lâche-t-il, en faisant allusion aux 300 ouvrières, la plupart quinquagénaires, qui travaillent sur ce site. Son constat a le mérite d’être carré : « En France, explique M. Le Floch, le coût horaire de la main-d’oeuvre est de 30 dollars, contre 0,13 dollar au Bangladesh. Avec le prix de la matière première, un polo en coton piqué revient à 15 euros en France, de 5 à 6 euros dans le Maghreb et moins de 3 euros en Asie. »

Si bien que le groupe ne produit plus qu’une partie de sa gamme de vêtements – comme les sous-vêtements en laine et soie ou les culottes en coton bien peu sexy – à Quimper et à Troyes, les pulls, les chemises étant confectionnés en Bulgarie et au Maroc, et enfin les vêtements soudés, comme les parkas, en Tunisie.

A l’affût de possibilités d’expansion dans un marché en déclin, Armor-Lux a considérablement augmenté son chiffre d’affaires grâce à des marchés publics. Ces contrats représentent 30 millions d’euros sur un total de 75 millions. Le groupe fabrique ainsi les uniformes des postiers, du personnel roulant de la SNCF ou des fonctionnaires de l’Office national des forêts.

Faisant sienne une pratique courante dans le BTP, Armor-Lux a récemment répondu avec succès, en s’alliant à trois autres industriels, à l’appel d’offres destiné à vêtir 110 000 agents de la police nationale. C’est ainsi qu’à Quimper le centre de logistique d’Armor-Lux sert de stockage à ces panoplies. Des tiroirs remplis de manchons de grade, de galons, de barrettes rétroréfléchissante jouxtent des piles de chaussures « commando » de toutes tailles. Les paquets personnalisés seront envoyés, dès juin, dans les commissariats.

Les postiers ont droit à davantage de fantaisie : pas systématiquement habillés à l’identique, ils choisissent deux fois par an, sur un catalogue en ligne, plusieurs vêtements siglés La Poste (une chemise, un gilet, un pantalon, une jupe ou un pantacourt…), qui leur parviennent à leur adresse personnelle. Ce contrat quinquennal expire à la fin de l’année. Armor-Lux fera tout pour le conserver.

Toutes les collections du groupe sont dessinées par deux jeunes stylistes qui ont pour mission de conserver l’image de la marque – le vêtement marin – en l’adaptant a minima. C’est encore l’image bretonne qui est défendue dans les sept grands magasins Armor-Lux installés dans le Grand Ouest, où l’on trouve ces vêtements chers et solides, mais aussi des sardines en boîte, des gâteaux secs ou du linge de maison. Ce concept marche bien, malgré la crise, puisque les ventes y ont augmenté de 20 % depuis janvier, assure M. Le Floch.

Il va aussi y commercialiser cet été des meubles conçus par l’architecte Christian Biecher dans le cadre du Réseau industriel d’innovation du textile et de l’habillement. En créant une dizaine de binômes – industriels et designers ou créateurs – sensibles aux croisements des disciplines artistiques, cette idée pilotée par la spécialiste de la prospective dans le textile, Nelly Rodi, était d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche-innovation. Grâce à la technologie des tubes de maille spécifiques à l’habillement, M. Biecher a mis au point une collection de meubles : un gros serpent tricoté en forme de pouf, une chauffeuse, un fauteuil, une chaise longue, une étagère recouverte d’un gros tube de maille…

Ce type de partenariat « permet d’enrichir la marque », explique le PDG d’Armor-Lux. Dans cette veine, il est impliqué dans le lancement du pôle d’innovation (« cluster ») Immatériel, un projet transsectoriel, financé par les pouvoirs publics. « Les pôles de compétitivité sont contraignants puisqu’ils sont locaux. La Bretagne n’en a pas. Donc, un cluster au niveau national nous permettra d’apporter des idées, des ouvertures sur le monde », estime M. Le Floch.

Nicole Vulser Le Monde

Article paru dans l’édition du 14.04.09.

Synergie

GDF Suez lance un nouveau plan d’économie
La Tribune.fr – 26/11/2008 à 08:16 – 411 mots

Le groupe énergétique lance un nouveau plan de performance d’un montant d’un milliard d’euros à l’horizon 2011. Ce à quoi s’ajoute 800 millions d’euros tirés des synergies mises en place lors de la fusion. GDF Suez confirme, par ailleurs, ses objectifs.

A l’occasion d’une journée avec les investisseurs, GDF Suez vient de publier un communiqué dans lequel il confirme ses objectifs à l’horizon 2010. Le groupe annonce également la mise en oeuvre d’un « plan de performance » de 1,8 milliard d’euros à l’horizon 2011.

GDF Suez, né de la fusion des deux sociétés le 22 juillet dernier, confirme ses objectifs de dividende et d’investissements. GDF Suez vise donc un Ebitda de 17 milliards d’euros à l’horizon 2010 et une croissance supérieure à 10% en 2008, la mise en oeuvre d’un programme d’investissements nets industriels de 30 milliards d’euros sur la période 2008-2010 et le maintien d’une discipline financière stricte avec une notation dite « strong A ».

Le groupe annonce, en outre, la mise en oeuvre d’un « plan global de performance » (« Efficio ») de 1,8 milliard d’euros à l’horizon 2011, qui comprend le plan de synergies mis en place lors de la fusion et un nouveau plan de performance d’un montant de 1 milliard. Avec cette nouvelle mesure, le groupe veut réagir « énergiquement au changement rapide de l’environnement économique », selon le communiqué. Ceci ne se traduira pas par des suppressions d’emplois, précise-t-on au sein du groupe énergétique.

« Le groupe confirme sa stratégie industrielle à long terme constatant que les enjeux fondamentaux du secteur de l’énergie qui ont conduit au rapprochement de Suez et de Gaz de France ne sont pas remis en cause par la crise actuelle », souligne le groupe en faisant valoir qu’il était « l’une des entreprises les plus solides du secteur ».

En termes de dividende, GDF Suez vise une distribution supérieure à 50% du résultat net part du groupe récurrent et une croissance du dividende ordinaire par action de 10% à 15% par an en moyenne entre le dividende payé en 2007 et celui payé en 2010. Comme indiqué précédemment, il versera le 27 novembre un acompte sur dividende ordinaire de 0,80 euro par action (soit au total 1,7 milliard) et un dividende exceptionnel de 0,80 euro s’ajoutera au versement du solde du dividende ordinaire en mai 2009.

« GDF Suez, qui a déjà racheté 500 millions d’euros d’actions propres depuis le 1er septembre 2008, confirme l’objectif de 1 milliard d’euros mais décale l’échéance jusqu’à l’assemblée générale de mai 2009″, a-t-il ajouté. Face à la crise, le groupe a en outre renforcé son niveau de liquidité en lançant avec succès des émissions obligataires pour un montant de près de 3 milliards d’euros sur les marchés de l’euro, de la livre sterling et du franc suisse.


Catégories


xtraffiliation |
conseil-vietnam |
La qualité dans l'entreprise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | accroitre vos revenus sur l...
| ETABLISSEMENT SAME.
| biblio intelligence économique