Archives pour la catégorie La monnaie

+ E Developpement structuré : l’euro

Commentez dans un développement structuré cette phrase de Fréderic Beigbeder

« L’euro a été inventé pour rendre le salaire des riches six fois moins indécent »

Qu’est ce que le taux directeur

Qu'est ce que le taux directeur dans La monnaie 380px-LeitzinsenFR

Taux directeurs de la BCE (rouge) et de la FED (bleu)

Les taux directeurs sont les taux d’intérêt au jour le jour fixés par la banque centrale d’un pays ou d’une union monétaire, et qui permettent à celle-ci de réguler l’activité économique.

Il existe trois taux directeurs (qui peuvent prendre des noms différents en fonction des pays) (du plus faible au plus élevé) :

Le taux directeur de la Banque centrale européenne (et des autres banques centrales) est le taux de refinancement minimum. C’est le principal outil dont dispose la BCE pour influer sur l’octroi de crédits et moduler l’inflation dans la zone euro.

Cet instrument, utilisé lors des opérations hebdomadaires de refinancement par la BCE pour alimenter les banques en liquidités, est le véritable baromètre du coût du crédit dans les seize pays qui ont adopté la monnaie unique européenne.

Les banques qui veulent se refinancer à court terme peuvent le faire en payant un intérêt sur la somme qu’elles empruntent auprès des banques centrales de leurs pays respectifs. Cet intérêt est calculé d’après le taux en cours à la BCE. Si ce taux d’intérêt est fort les banques vont limiter leurs crédit sachant que le refinancement leur sera couteux , elles auront le comportement inverse si ce taux d’intérêt est faible.

Les banques répercutent ensuite, en principe, ce loyer sur les intérêts des crédits qu’elles accordent à leurs propres clients. Plus le taux de la BCE est bas, plus le coût du crédit a des chances d’être bon marché ce qui, en théorie, favorise la croissance.

C’est le raisonnement que fait cette fois la BCE, alors que la crise financière fait rage et que les perspectives de croissance dans la zone euro sont de plus en plus sombres.

A l’inverse, une hausse du taux du crédit permet théoriquement de ralentir la demande et par conséquent d’éviter une surchauffe génératrice d’inflation;

C’est donc ainsi que la banque centrale agit sur le coût du crédit et la rémunération des liquidités, dans le cadre de sa politique monétaire pour contrôler l’offre et la demande de crédit, l’évolution des prix (inflation) et le taux de change de sa monnaie.

En effet, concernant l’offre et la demande de crédit, le taux auquel emprunte une banque commerciale auprès de la banque centrale (par exemple 4%) est répercuté, sur les ménages ou les entreprises, à un taux légèrement supérieur (par exemple 4% (taux de la banque centrale) +1% (marge de la banque commerciale), soit à un taux de 5%), mais seulement pour les emprunts à court terme (les taux de la banque centrale sont des taux à court terme). Ainsi, les taux directeurs fixés par la banque centrale influencent indirectement les taux d’intérêt qui seront proposés aux ménages et aux entreprises par les banques commerciales. Le taux d’intérêt étant un des déterminants des décisions d’investissement (lorsqu’elles sont financées par un crédit), la banque centrale régule l’investissement, et peut ainsi réduire le sur-investissement lorsqu’il a lieu, ou encourager l’investissement dans les périodes de creux économique.

Par ailleurs, les taux directeurs fixés par la banque centrale ont une influence sur le taux de change d’une monnaie. En effet, une hausse des taux d’intérêt implique une meilleure rentabilité du prêt pour le prêteur (par ex hausse du taux d’intérêt de 2,8% à 4%). Les prêteurs éventuels vont donc avoir tendance à se diriger vers ce marché. Ce faisant, ils vont acheter des titres sur ce marché (par exemple des obligations d’entreprise ou d’Etat à 4%. Rappelons qu’en achetant des obligations, on « prête » de l’argent). Or, ces titres sont libellés dans une monnaie particulière (par ex l’euro). Ainsi la demande pour cette monnaie va devenir plus forte, et sa valeur va s’élever sur le marché des changes (marché des devises). Ainsi, une hausse du taux d’intérêt peut avoir tendance à augmenter la valeur d’une devise sur le marché des changes.


Tanx directeur de la BCE

[ 07/05/09  - 14H03   - actualisé à 16:01:00  ]

La banque centrale européenne ramène son principal taux à 1%. Elle est prête à racheter pour environ 60 milliards d’euros d’obligations sécurisées en euros pour aider l’économie. Elle va proposer aux banques des opérations de refinancement d’une échéance d’un an.   

La Banque centrale européenne a réduit son principal taux directeur de 25 points de base, au niveau historiquement bas de 1%

Moneo

Exercice

  1. Décrivez le fonctionement de Moneo
  2. En vous appuyant sur le texte, indiquez les avantages et les inconvénients  de Moneo

Moneo (parfois écrit Mon€o) est la marque d’un système français de porte-monnaie électronique utilisé soit sur carte bancaire ou carte bleue classique, soit sur carte Moneo dédiée à cet usage.

Ses caractéristiques sont la rapidité (débit puis crédit en quelques secondes, sans utilisation de code secret) et l’anonymat comme pour la monnaie matérielle.

Le rechargement s’effectue :

Le paiement s’effectue sur les TPE des commerçants ou dans les distributeurs automatiques.

Les montants concernés par les transactions sont de l’ordre de la petite monnaie (distributeur, automate, café, boulangerie, journal, parcmètre, etc.).

Moneo est géré par le consortium BMS Billetique Monétique Service qui regroupe dix banques françaises (BNP Paribas, Banques populaires, Caisses d’épargne, HSBC, CIC, Crédit agricole, Crédit lyonnais, Crédit mutuel, La Banque postale, Société générale) mais également la SNCF, la RATP et France Télécom.

Moneo reste le seul système de porte-monnaie électronique sur le territoire français.

  • le système Modeus (carte sans contact) a été absorbé en 2000 par le système Moneo ;
  • le système concurrent Mondex (Crédit Mutuel du Centre Est) est en cours d’abandon.

Le destin de Moneo repose sur un maillage dense de commerçants affiliés, mais certains considèrent les commissions perçues par transaction et les coûts de location des terminaux trop élevés. Les économies d’échelle ne seront pas réalisées avant une dizaine d’années, d’autant que ce n’est pas un succès auprès des français….

Le déploiement de Moneo a débuté à Tours fin 1999. Le processus a été relancé fin 2005, notamment avec l’adoption de ce moyen de paiement pour les parcmètres (stationnement), puis par l’insertion de dispositifs Moneo dans les cartes d’étudiant de certaines universités.

La masse monetaire

   

La masse monétaire d’un pays ou d’une zone économique est l’ensemble des valeurs susceptibles d’être convertis en liquidités, c’est l’agrégat de la monnaie fiduciaire, des dépôts bancaires et des titres de créances négociables, tous susceptibles d’être immédiatement utilisables comme moyen de paiement.

Elle est suivie par les banques centrales et publiée, offrant aux acteurs économique une précieuse indication sur la possible évolution des prix selon la théorie quantitative de la monnaie.

Pendant une longue période, la monnaie était exprimée en fonction d’une certaine quantité de métaux précieux, l’or, l’argent, c’est le bimétallisme ou le monométallisme. En théorie, la masse monétaire était égale aux réserves métalliques dans les coffres des banques centrales. Ce système a définitivement disparu le 15 août 1971 quand les États-Unis ont abandonné la convertibilité-or de leur monnaie qui, depuis les Accords de Bretton Woods, servait de référence mondiale et de devise de réserve pour les banques centrales.

Les composantes de la masse monétaire sont des agrégats. Les agrégats monétaires sont des indicateurs statistiques regroupant dans des ensembles homogènes les moyens de paiement détenus par les agents d’un territoire donné. Il y a plusieurs niveaux d’agrégats statistiques dans la masse monétaire, selon le degré de liquidité.

  • M1 correspond aux billets, pièces et dépôts à vue. (515 000 000 000 de billets et de pièces en 2005 dans la zone euro.)
  • M2 correspond à M1 plus les dépôts à termes inférieurs ou égaux à deux ans et les dépôts assortis d’un préavis de remboursement inférieur ou égal à trois mois (comme, par exemple, pour la France, le livret jeune ou le CODEVI, le livret A et bleus, le compte d’épargne logement, le livret d’épargne populaire…)
  • M3 correspond à M2 plus les instruments négociables sur le marché monétaire émis par les institutions financières monétaires (IFM), et qui représentent des avoirs dont le degré de liquidité est élevé avec peu de risque de perte de capital en cas de liquidation (ex : OPCVM, certificat de dépôt).
  • M4 correspond à M3 plus les Bons du Trésor, les billets de trésorerie et les bons à moyen terme émis par les sociétés non financières.

Les billets et les pièces ne constituent qu’une fraction de la monnaie en circulation, la monnaie scripturale en représente maintenant plus de 90 %. Si la banque centrale produit la monnaie fiduciaire, les banques commerciales créent la monnaie scripturale en accordant des crédits sous l’égide des banques centrales. « Les crédits font les dépôts », selon un adage toutefois simplificateur.

Le 23 mars 2006, le Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale des États-Unis a cessé la publication de l’agrégat monétaire M3 (communiqué). Toutefois ce site continue à l’estimer.

La BCE publie les agrégats monétaires de la zone euro[1]. Ils sont, au 1er janvier des années référencées et en milliards d’euros de :

M1 M2 M3
2002 2 279 4 616 5 446
2003 2 499 4 915 5 807
2004 2 727 5 232 6 178
2005 2 949 5 570 6 568
2006 3 480 6 075 7 116
2007 3 755 6 630 7 782

L’Eurosytème et le Système européen de Banques Centrales

La politique monétaire unique de l’Union Européenne a nécessité l’institution d’un cadre institutionnel spécifique : le Système Européen de Banques Centrales (SEBC), qui réunit la Banque centrale européenne (BCE) et les Banques centrales nationales (BCN) des États membres de l’Union Européenne.

L’Eurosystème désigne, lui, l’ensemble formé par la Banque centrale européenne et les seules Banques centrales nationales des seuls États ayant adopté l’euro.

 

La monnaie scripturale

Les dépôts bancaires dans les comptes courants ou compte-chèque forment ce qu’on appelle la monnaie scripturale ((en) deposit money. La possession de monnaie par un titulaire de compte est matérialisée par une écriture en compte. Ces écritures longtemps tenues dans des registres sont maintenant gérés par informatique[1]. Ils forment l’essentiel de la masse monétaire très loin devant les billets et les pièces.

Cette monnaie circule entre les agents économiques sous forme de virement d’un compte à un autre grâce à des moyens de paiement, comme les cartes de paiement, les virements ou les chèques.

La monnaie électronique

La monnaie électronique est une monnaie stockée sur des dispositifs électroniques mobiles permettant également des paiements. La monnaie stockée dans ces appareils ne figure plus dans les dépôts bancaires.

Actuellement la seule monnaie électronique en France est celle qui peut être chargée sur les dispositifs Monéo.

Comme pour toutes les monnaies l’adoption de la monnaie électronique pose la question de la réalité des droits transférés au moment du paiement. Elle est actuellement garantie par le consortium de banques qui soutient Monéo. Cela veut dire que le commerçant qui a constaté des versements en monnaie électronique peut les reverser sur son compte de dépôt sans contestation possible de la part de Monéo et des banques affiliées, qui pensent elles-même s’être assurées que personne ne peut créer de la fausse monnaie sur leur carte. De même la confiance du propriétaire du porte-monnaie électronique est cruciale. Il veut être sûr que la monnaie qu’il y a versée ne sera pas contestée.

Les très faibles montants que l’on peut stocker (100 euros maximum) et la très faible valeur des opérations unitaires (moins de trente euros pour une opération sans vérification) ainsi que la relative nouveauté du dispositif expliquent que la monnaie électronique soit encore marginale. Mais c’est une monnaie dont l’usage possède un réel potentiel de diffusion.

Distinguons bien la monnaie électronique de son support de stockage. Qu’il s’agisse d’une carte à puces, d’un téléphone portable ou d’une clé USB, ces outils ne sont pas de la monnaie.

Qu’est ce que la monnaie

La monnaie est un instrument de paiement  accepté au sein d’une communauté de paiement. Elle a trois fonctions principales :

  • la fonction d’intermédiaire dans les échanges,
  • la fonction d’expression des valeurs et d’unité pour le calcul économique et la comptabilité,
  • la fonction de réserve de valeur.

Une monnaie se caractérise par la confiance qu’ont ses utilisateurs dans la persistance de sa valeur et de sa capacité à servir de moyen d’échange. Elle a donc des dimensions sociales, politiques, psychologiques, juridiques et économiques.

La monnaie a pris au cours de l’histoire les formes les plus diverses : bœuf, sel, nacre, ambre, métal, papier, etc. Après une très longue période où l’or et l’argent (et divers métaux) en ont été les supports privilégiés, la monnaie est aujourd’hui presque entièrement dématérialisée et circule majoritairement sous des formes scripturales ou électroniques.

Chaque monnaie est définie, sous le nom de devise, pour une zone monétaire donnée . Elle y prend la forme de dépôts, de billets de banque et de pièces de monnaie, dites aussi monnaie divisionnaire. Les devises s’échangent entre elles dans le cadre du système monétaire international.

Depuis les accords de la Jamaïque en 1976, les devises ne sont plus étalonnées directement ou indirectement par un poids de métal précieux. Leurs valeurs relatives fluctuent sur un marché international des devises dans le cadre d’un système de changes dits flottants ou flexibles.

En raison de l’importance de la monnaie, les États ont  cherché à s’assurer le maximum de pouvoir monétaire, en définissant une devise officielle et en faisant de cette devise l’un de leurs symboles et une marque de leur puissance. Ils exercent un contrôle sur la création monétaire des banques via la législation et la politique monétaire des banques centrales.


Catégories


xtraffiliation |
conseil-vietnam |
La qualité dans l'entreprise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | accroitre vos revenus sur l...
| ETABLISSEMENT SAME.
| biblio intelligence économique