Archives pour la catégorie L’économie et ses outils d’analyse

Quel avenir pour le libéralisme ?

[ 17/06/09  ] Les Echos

Deux intellectuels libéraux débattent pour « Les Echos » de l’avenir du libéralisme. La crise vient-elle des excès de liberté ou est-elle inhérente au capitalisme ? L’économiste Guy Sorman en appelle au droit pour fixer de nouvelles limites. Le juriste Michel Guénaire, lui, préfère en appeler à la morale et à l’éducation.

La crise actuelle remet-elle en question le libéralisme ?

MICHEL GUÉNAIRE. L’expérience libérale des vingt dernières années débouche sur une crise d’une très grande ampleur. Nous vivons dans un monde désorganisé, privé de toute régulation politique. Depuis la chute du mur de Berlin, en 1989, le libéralisme n’a plus été contesté par l’alternative que représentait le socialisme – radical à l’est de l’Europe, plus modéré à l’ouest. Ses valeurs se sont imposées dans la politique avec la démocratie libérale et ses standards – le suffrage universel, le système représentatif et la garantie d’une Constitution – et dans l’économie avec l’essor du droit de la concurrence et la financiarisation de la vie des entreprises.

GUY SORMAN. Vous avez l’art du portrait en grand, comme le montre votre livre. Je suis plutôt pointilliste. Les valeurs du libéralisme se sont imposées ? C’est plus simplement que la mécanique libérale a été appliquée partout. Pour l’économiste du développement que je fus, il est fascinant de voir que la vie s’est améliorée pour des centaines de millions d’hommes et de femmes avec l’ouverture des frontières de leurs pays, le développement de la concurrence, la régulation monétaire, qui a joué un rôle essentiel en faisant disparaître l’inflation. Un monde désordonné ? Vous rêvez peut-être d’un gouvernement mondial, mais je crains fort qu’un tel gouvernement soit despotique. La victoire du libéralisme est en vérité peut-être très tempérée. Bien sûr, le monde se rallie à l’économie de marché à partir de 1989. Mais, sur le plan politique, la victoire est loin d’être acquise – seulement la moitié du monde vit dans la démocratie.

M. G. Oui, le libéralisme économique a apporté des richesses. Mais la crise en détruit beaucoup. Oui, le libéralisme apporte la liberté. Mais chaque nation a son tempérament, son histoire, ses traditions. Il n’y a pas de modèle universel de la démocratie libérale. Les tentatives d’appliquer le même modèle partout ne pouvaient déboucher que sur une immense crise intellectuelle et morale. Le libéralisme est enraciné dans une culture, une morale. Il est né en Angleterre dès le XVIIe siècle, puis aux Etats-Unis et en France au XVIIIe siècle, dans des groupes humains prêts à assumer par leur culture et par leur morale la responsabilité de la liberté.

La démocratie est-elle la même partout dans le monde ?

G. S. L’idée que la diversité des cultures est un obstacle à la généralisation de la démocratie est très française. Alain Peyrefitte expliquait déjà que les Chinois ne sont pas faits pour la démocratie. Mais, jusqu’au XIXe siècle, les villes chinoises élisaient leurs représentants. L’Inde a des formes locales de démocratie proches du modèle occidental. L’aspiration à la libre expression, au débat, à la reconnaissance individuelle existe partout.

M. G. J’ai au contraire l’intime conviction que nous allons vers le temps des régions du monde avec des organisations économiques et politiques qui leur seront propres, inscrites dans leur histoire. Bien sûr, il y aura des traits communs, comme la séparation des pouvoirs ou le système représentatif pour choisir ou sanctionner les dirigeants politiques. Mais nous devons sortir du rêve de principes universels inventés sur la presqu’île d’Asie qu’est l’Europe ! Le commencement de tout, c’est la culture, pas la liberté.

G. S. J’ai du mal à distinguer l’une de l’autre. Et s’il n’y a pas de modèle d’économie libérale, il existe en revanche une science économique. Turgot et Adam Smith avaient raison : l’économie qui marche, c’est l’économie de marché. On a essayé le maoïsme, l’autogestion, le système stalinien, la planification à la française… qui ont tous échoué. Certains cherchent des alternatives. Et ce n’est pas surprenant, car nous sommes ici dans un monde très imparfait.

L’Etat va-t-il sortir renforcé de la crise ?

M. G. Ces dernières années, on a gommé le rôle de l’Etat. Les politiques étaient d’ailleurs contents eux-mêmes de laisser le vieux corps des nations géré par la loi du marché. Ils ont déréglementé et privatisé à souhait. Résultat : dans la crise, l’Etat peine à trouver ses marques, il hésite à faire les véritables choix de rupture. Nous avons besoin de retrouver un équilibre entre l’Etat et le marché.

G. S. Dans nos pays, je crois que le poids de l’Etat n’a pas diminué. Rapportées au PIB, les dépenses publiques ont augmenté. Le nombre de fonctionnaires aussi. Quand on dit qu’il y a eu retrait de l’Etat, c’est à la marge, et à la seule demande de Bruxelles.

M. G. Le poids relatif de l’Etat n’a sans doute pas diminué, mais son rôle s’est vidé de sens. L’Etat était auparavant plus présent. Il menait une politique industrielle. Il lançait de grands investissements structurants, comme le nucléaire. Dans la période récente, l’Etat a abandonné ses vraies fonctions actives et s’est rempli de fonctions inefficientes, notamment dans le domaine social.

G. S. Je suis réticent à l’idée de la politique industrielle. Nous risquons de replonger dans des mésaventures comme le plan Calcul ou Bull. Et il est devenu très difficile d’agir à l’échelon national. Dans quel secteur l’Etat pourrait-il aujourd’hui mener efficacement une politique industrielle ?

M. G. L’énergie. En proposant des perspectives de régulation du marché de l’électricité. Ou dans le gaz, en soutenant les projets qui sont susceptibles d’accroître l’indépendance nationale, comme la construction de méthaniers et d’infrastructures adaptées, pour s’émanciper de la dépendance à l’égard des gazoducs.

G. S. Je ne suis pas convaincu. Mais je ne suis pas pour autant hostile à toute intervention publique. En France, l’Etat fonctionne bien dans certains domaines qui relèvent de ses fonctions régaliennes : armée, police, sécurité. Et son modèle de protection sociale, s’il a bien des inefficacités, est plutôt un bon système quand on le compare aux autres. La « destruction créatrice » décrite par Joseph Schumpeter est formidablement efficace à condition que l’Etat organise des garanties sociales.

Par où passe la sortie de crise ?

G. S. C’est une crise dans le capitalisme, et non une crise du capitalisme. Elle ne devrait pas nous surprendre. On ne connaît pas de capitalisme sans crise, car il est fondé sur le risque et l’innovation. Il y a toujours des innovations qui tournent mal, comme par exemple les produits dérivés. Et ces crises ont toujours une origine monétaire. C’est ce que nous a appris Milton Friedman. Une création excessive de monnaie débouche inévitablement sur une spéculation à court terme. L’origine de la crise actuelle est la débauche monétaire qui a débuté aux Etats-Unis en 2003. Les dollars créés localement et les dollars rapatriés du reste du monde ont gonflé une bulle dans l’immobilier. La source de la crise n’est pas le spéculateur mais la création des conditions d’une spéculation massive. Et la solution n’est donc pas la réglementation. L’économiste Jean Tirole l’a bien montré : c’est d’abord l’information qui a manqué. Avec les produits dérivés, les investisseurs ne savaient pas ce qu’ils achetaient. Un peu comme un malade qui aurait acheté un médicament puissant fourni sans notice d’accompagnement sur ses effets indésirables.

M. G. Cette crise est très originale. C’est la première à effet de contamination universelle, sans précédent. Maintenant, les économies ouvertes sont beaucoup plus vulnérables. Les seuls pays où les banques ont résisté à l’automne dernier étaient d’ailleurs ceux qui avaient un contrôle des changes, comme le Maroc. Le système ne peut pas continuer à fonctionner ainsi. Le prix de l’éclatement des bulles est trop élevé et les Etats n’adoptent aucune mesure pour corriger le système.

G. S. Il est très difficile d’analyser un événement quand on est dedans ! Vous savez, les économistes ne sont toujours pas d’accord sur la crise des années 1930. Mais nous en avons tout de même retenu une solution : pratiquement personne ne réclame le retour du protectionnisme. De même, nous avons retenu une leçon essentielle de la crise de 1973 : l’inflation n’est pas une réponse à la crise.

M. G. En quelque sorte, les gens devraient être encore plus libéraux pour lutter contre les excès du libéralisme… Je crois qu’il faut plutôt corriger l’expérience libérale en cours, si l’on veut sauver le soldat libéral ! Antonio Gramsci disait que « la crise est ce qui sépare le vieux du neuf ». J’attends le neuf.

G. S. Vous aspirez à la perfection. Or l’économie se prête mal à l’utopie. Elle tombe en panne tout le temps, elle est dure à réparer et plus encore à expliquer. Elle est dictée par le « hasard sauvage », selon l’expression de Benoît Mandelbrot, qui en déduit que les marchés financiers sont un endroit très dangereux. Et pourtant, malgré ces imperfections, les progrès de la science économique sont considérables.

M. G. L’économie, ce n’est pas la fatalité des imperfections. C’est aussi l’exercice des responsabilités : la création des richesses et leur partage. Ces responsabilités ne sont plus exercées parce que les repères moraux ont disparu. Je forme le souhait que la crise nous permettra de tourner la page d’une époque où des acteurs ont saccagé impunément des entreprises et des pays pour gagner de l’argent, pour revenir à une gestion d’hommes exemplaires. Le libéralisme repose sur deux principes : la régulation des marchés et l’éducation des hommes. Je vois une sortie de la crise par ces deux principes.

G. S. La cupidité n’est pas une nouveauté. Le boulanger vend son pain par esprit de lucre, nous disait Adam Smith il y a plus de deux siècles. L’économie libérale est une façon de faire vivre ensemble des individus qui n’ont pas la même morale. Au-delà, c’est à la loi et à l’Etat de fixer les limites. Moraliser le capitalisme ? On ne peut pas plus moraliser le capitalisme que la plomberie ! Je rappelle que l’économie ne produit pas de valeurs, mais des richesses.

PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-MARC VITTORI, Les Echos


 

GLOSSAIRE ECONOMIQUE

GLOSSAIRE ECONOMIQUE
1) MACROÉCONOMIE
Partie de la science économique centrée sur l’analyse des comportements d’une économie nationale et de ses relations avec les économies étrangères (le reste du monde). Elle étudie notammentla consommation de l’ensemble des ménages et la production de toutes les entreprises.
La macroéconomie raisonne sur des groupes d’agents économiques et sur des agrégats.
Les phénomènes économiques observés résultent de comportements collectifs qui ne sont pas analysés en tant que tels mais en fonction de leurs effets sur des grands équilibres : croissance, inflation, équilibre extérieur, emploi…
2) MICROÉCONOMIE
Partie de la science économique qui étudie le comportement rationnel des différents agents économiques : le consommateur, l’entreprise, le détenteur de capital, le travailleur.
La microéconomie analyse, à l’aide de modèles mathématiques, les comportements des individus pour mieux comprendre les comportements collectifs.
3) GESTION
Au sein des entreprises la gestion correspond à l’organisation et à la recherche de la meilleure utilisation des ressources financières, matérielles et humaines.
4) MANAGEMENT

Pilotage de l’entreprise dans son environnement futur.

Le circuit économique (notion)

Les agents économiques sont tous en relation les uns avec les autres. Par exemple, les ménages ont des
relations avec d’autres agents économiques comme les entreprises, les banques, les administrations,
eux-mêmes en relations réciproques.

Ces échanges sont matérialisés par des flux. Les flux représentent les mouvements de biens et services (flux réels)
et les mouvements de monnaie (flux financiers) entre les différents agents économiques.

Le circuit économique est une représentation imagée et simplifiée de l’activité économique qui
permet de décrire, au moyen des flux, les relations essentielles entre les différents agents.
Chaque flux est caractérisé par sa nature et le sens du mouvement, représenté, par convention, au
moyen d’une flèche orientée.

Qu’est ce que l’économie nationale?

Ensemble des unités résidentes sur le territoire économique.
Le territoire économique français comprend la métropole et les départements d’outre-mer.
Les départements d’outre-mer ont été rattachés au territoire économique à partir de la base des comptes nationaux 95. Dans les bases précédentes (56, 59, 62, 71 et 80) ils faisaient partie du reste du monde..

Qui sont les agents économiques?

La comptabilité nationale regroupe les agents économiques en sept types d’unités institutionnelles :
* Ménages,
* Sociétés financières,
* Sociétés non financières (entreprises),
* administrations publiques,
* Institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM)
* les sociétés d’assurance
* et « reste du monde »
Ces agents entretiennent des relations d’échange constituant le circuit économique.

Qu’est ce que l’économie?

Etymologie :
du grec « oikos », maison et
« nomos », gérer, administrer.

Etymologiquement, l’économie est l’art de bien administrer une maison, de gérer les biens d’une personne, puis par extension d’un pays.
Plus généralement, l’économie est une science sociale qui étudie la production, la répartition, la distribution et la consommation des richesses d’une société.
Le principe général qui sous-tend l’économie est celui de la rareté des ressources (économie= administration des ressources rares) et conduit à la mise en avant du calcul économique consistant à consommer un minimum de moyens en vue de réaliser un maximum de profits.
La définition de l’économie n’est pas consensuelle.
Ses contours et son contenu varient en fonction des auteurs et des courants de pensée.


Catégories


xtraffiliation |
conseil-vietnam |
La qualité dans l'entreprise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | accroitre vos revenus sur l...
| ETABLISSEMENT SAME.
| biblio intelligence économique