La consommation en France (Insee) . Analyse de document.

Exercice
1 Définir la consommation
2 Rappeler l’équation reliant le revenu, la consommation et l’épargne
3 Donner une définition de l’inflation, comment est elle mesurée
4 Rappeler la définition d’ »euros courants » et d’ »euros constants »
***********************************************
L’indice des prix à la consommation (IPC) est l’instrument de mesure de l’inflation. Il permet d’estimer, entre deux périodes données, la variation moyenne des prix des produits consommés par les ménages. C’est une mesure synthétique de l’évolution de prix des produits, à qualité constante.

L’indice des prix à la consommation (IPC) joue un triple rôle :

- économique : il permet de suivre, mois par mois, l’inflation. L’IPC est également utilisé comme déflateur de nombreux agrégats économiques (consommation, revenus…) pour calculer des évolutions en volume, ou en termes réels (« en euros constants »)_.
- socio-économique : l’IPC, publié au Journal Officiel chaque mois, sert à indexer de nombreux contrats privés, des pensions alimentaires, des rentes viagères et aussi à indexer le SMIC. L’indice retenu pour le SMIC est celui des ménages urbains dont le chef est employé ou ouvrier, hors tabac_.
- monétaire et financier : à des fins de comparaison internationale, les indices de prix ont fait l’objet d’un travail d’harmonisation entre les services statistiques nationaux sous la coordination d’Eurostat. Les indices de prix à la consommation harmonisés (IPCH) ainsi obtenus ne se substituent pas aux IPC nationaux…..

La dépense de consommation des ménages a été de 993,2 milliards d’euros en 2006. (euros courants)
Avec une hausse de 2,1 % en 2006, la dépense de consommation des ménages en volume croît à un rythme régulier depuis 2001. Elle contribue pour une large part à la croissance du produit intérieur brut (PIB), qui atteint 2,0 % en 2006. L’évolution soutenue du revenu disponible brut (+ 4,3 % après + 3,5 % en 2005) est principalement alimentée par l’accélération des revenus salariaux (+ 3,8 %, après + 3,3 %). Celle-ci, conjuguée à une hausse modérée des prix de la dépense de consommation (+ 1,9 %), se traduit par une progression sensible du pouvoir d’achat (+ 2,3 %).
Comme par le passé, l’évolution de la consommation est plus lisse que celle du pouvoir d’achat des revenus. L’accélération marquée des revenus s’accompagne ainsi d’un léger rebond du taux d’épargne des ménages, qui passe de 15,3 % en 2005 à 15,5 % en 2006, alors qu’il baissait depuis 2003.
Les prix augmentent à un rythme quasi stable depuis 2003 : + 1,9 % en 2006, après + 1,8 % en moyenne annuelle de 2003 à 2005. Les prix des produits pétroliers continuent de progresser nettement, mais à un rythme ralenti en 2006 : + 6,7 % après + 15,3 % en 2005. La baisse des prix des services de télécommunications contribue également à modérer l’inflation (- 5,2 % après + 0,2 % en 2005). En revanche, les aléas climatiques ont fortement pesé sur la production de fruits et de légumes, entraînant une accélération de leur prix, qui se répercute sur l’ensemble des produits alimentaires (+ 1,8 % après + 0,3 %)
Source :INSEE

0 commentaire à “La consommation en France (Insee) . Analyse de document.”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Catégories


xtraffiliation |
conseil-vietnam |
La qualité dans l'entreprise |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | accroitre vos revenus sur l...
| ETABLISSEMENT SAME.
| biblio intelligence économique